Médias, littérature et société : blog du lycée Davier de Joigny

Les aspects positifs et négatifs de facebook dans le monde du travail

Facebook est un réseau social, d'abord reservé aux étudiants de l'université d'Harvard il devient accessible à tous en fin d'année 2006. Ce site est le deuxieme site le plus utilisé après Google. D'après son fondateur Mark Zuckerberg, le site compte plus d'un milliard d'utiliseurs actifs.Le site est devenu très populaire depuis 2012 de sa mise en bourse.

Les employés utilisent facebook pour se mettre en valeur au yeux de leurs patrons ou bien se dénigrer non volontairement.

 

Points négatifs.

Dans l'affaire Périgueux, l'employeur n'a pas indiqué de quelle façon il a eu connaissance de la conversation des salariés. C'est la raison pour laquelle l'avocat des salariés licenciés a porté plainte pour interception illicite de conversation. L'employeur n'est pas censé avoir de droits sur les conversations privées des employés cependant, il a le droit de vérifier leurs activités et informatrions les concernant sur leurs profils Facebook. Seuls les informations publiques peuvent être accessibles aux employeurs et non les informations personnelles et privées. Facebook ne doit donc pas intervenir dans le milieu du travail même si la vérification de données est importante pour la réputation de l'entreprise et celle des employés. Il n'y a pas de textes spécifiques pour que l'entreprise est un droit de surveillance sur ses employés. Malheureusement, les employés passent la plupart de leur temps sur facebook, et délaissent leur travail.

 

 

Points positifs.

Les salariés possèdent une liberté d'expression à l'interieur de l'entreprise mais également à l'exterieur. A moins d'un abus trop excessif, comme des propos injurieux, diffamatoires, ils ne peuvent être sanctionnés pour leurs propos. Dans le cas contraires, ils peuvent être licenciés ou bien obligé à payer des dédomagements aux entreprises insultés. Facebook est un moyen de connaître des entreprises est peut-être postulé pour l'une d'entre elles. On peut aussi ameliorer son profil pour pouvoir être bien vue et avoir une offre d'emploi.

 

Conclusion

Loin de vous l’idée, quand vous avez créé votre profil sur Facebook, qu’il pourrait un jour vous aider dans votre recherche d’emploi. Et pourtant… Le réseau aux 800 millions de membres (dont 27 millions en France !) peut jouer un vrai rôle dans vos démarches auprès des recruteurs.

Julia LEPLAT

Julie LEPEU

Margaux LAVIGNE

Lériane MADRID

Posté par Littsoc5 à 10:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 février 2017

Le duo de présentateurs

Comment devenir présentateur ?

       Par exemple Roselyne Dubois et Damien Gourlet (présentateurs de la tranche 9h-12h) qui sont d’abord allés dans une école de journalisme pour devenir présentateur radio, sont  devenus journalistes de la rédaction pour finir par hasard comme présentateurs télé pour BFM TV.

Comment se passe une journée ?

        La journée commence à 5h30 et durant les quatre heures qui suivent les présentateurs et l’équipe font le point sur les infos du jour et de la veille pour les trier des plus pertinentes aux plus insignifiantes. Pendant le direct les présentateurs doivent rester naturels, spontanés et avoir une vraie complicité car cela se voit à l’écran. Ils doivent avoir le même langage et savoir raconter de manière claire les informations pour faire rester les téléspectateurs. En cas d’imprévu (édition spéciale) les présentateurs doivent garder leur sang froid pour mieux expliquer l’événement qui est actuellement en train de se passer et savoir gérer les dernières informations  qui tombent en même temps que le direct.

Quels sont les avantages et les inconvénients  de ce métier ?

          Les avantages sont que l’on parle de différentes choses chaque jour et que l’on informe les personnes qui regardent la télé ou internet de ce qui se passe autour d’eux. Les présentateurs pensent  que c’est une chance et ne trouvent pas cela lassant. Cependant les présentateurs ou les journalistes doivent faire attention à  ne pas dire de fausses informations. C’est pour cela qu’ils ont le devoir de les vérifier avant de les dire. Toutefois si une fausse information est énoncée, ils s’excusent et rétablissent la vérité.

      

IMG_20170131_121250

      Mohamed-Amine EL AMRI 208

      Marie-Lou PLATEAUX 208

      Eva HARIVEL 208

      Romain BRUCHARD 208

 

Posté par Littsoc5 à 09:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Journalisme BFM Paris.

Journaliste BFM Paris

 BFM Paris a été créée pour informer les Parisiens, c'est un groupe composé de 35 personnes, on peut le retrouver sur la TNT ( canal 30 ) et sur toutes sortes de réseaux sociaux.

 A la télé quand on voit une personne présentée, il y a au moins 15 personnes derrière pour diriger les caméras, les plans, etc. Il y a aussi des pigistes ce qui consiste à être journaliste sans contrat et qui sont présents quand les journalistes titulaires sont absents.

 Pour exercer le métier de journaliste il n'y a pas besoin d'avoir de diplôme, mais c'est avantageux pour la personne de faire une école de journalisme, et un concours à lieu ou plus de 1 000 personnes participent et seulement 50 personnes sont sélectionnées.

Pour se démarquer des autres ils essayent d'être le plus réactifs possible, essayent de repérer ce que personne n'a vu, ou tentent d'avoir des idées que d'autres n'ont pas eu non plus.

Certains journalistes font ce métier afin de dénoncer un fait réel avec beaucoup de détails. Leurs horaires sont aléatoires et ils ont tous une spécialité, leur travail consiste à chercher et à écouter ce qui ce passe partout. Il faut savoir faire des montages, savoir décrire ou raconter en un temps limité.

 Ils reçoivent les informations par appels ou par mails, et pour ne pas se tromper ils appellent des personnes ( polices, pompiers, etc ), donc leurs informations sont toutes confirmées. Ils les dévoilent en fonction des actualités, et si ils se trompent ils assument leurs erreurs et ils les rectifient.

 Ils ont des agendas pour les événements connus afin de communiquer, d'informer la population parisienne.

Il est possible pour les gens qui n'ont pas forcément le temps, de télécharger des applications faites pour eux avec des textes courts et facile à comprendre pour les plus jeunes et une vidéo peut être lue.

Les journalistes s'adaptent aux tons et aux manières des différents réseaux sociaux.

Des informations peuvent être mises sur les réseaux sans passer à l'antenne, sauf sur YouTube ou ils mettent de moins en moins de vidéos car ils devraient leurs donner de l'argent, et ça ne devient pas assez rentable pour eux.

 Ceci est le plateau de BFM Paris, où se tournent la météo, des rencontres avec des personnes connues.

 IMG_20170131_104435

Cette photo représente la régie de l’intégralité de BFM TV.

       IMG_20170131_110101

 Sur cette photo sont présent deux journalistes de BFM Paris. Thomas nous explique sa manière de faire ses reportages à l'aide de son téléphone portable.

IMG_20170131_140319
 Enfin cette photo nous montre l’intérieur d'un des nombreux camions satellite de BFM TV.

IMG_20170131_110432

Saliha Boumnich 2nd8

Svetlana Belguessova 2nd8

Romane Defossez 2nd8

Ophélie Wetzel 2nd8

 

Posté par Littsoc5 à 09:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Responsables numériques

Responsables numériques

Parmi les 250 journalistes de BFM TV nous avons rencontré deux responsables numériques.

Ils sont chargés de communiquer l’information via les réseaux sociaux et le site internet. Toutes les informations diffusées sur la chaine BFM TV se complètent avec celles publiées sur internet.

La diversité des médias permet d’informer un public plus large. On trouve l’information sans même avoir besoin de la rechercher à la télévision, sur les réseaux sociaux. Grâce aux réseaux sociaux, on peut être informé plus facilement et rapidement. Cependant l’information reste identique à celle diffusée à la télévision car avant la publication de chaque information, celle-ci doit être vérifiée, les journalistes doivent s’assurer que la source des informations est fiable. Si une mauvaise information est publiée, les journalistes doivent rectifier leur erreur.

Les informations sont publiées différemment selon le média utilisé. Elles sont adaptées aux utilisateurs

Groupe de littérature et société 2017du média (exemple : rajout de sous titres sous une vidéo sur Facebook pour la regarder sans son).


Sur les réseaux sociaux le public peut interagir sur l’information.

Parcours des responsables numérique :

La première a eu envie de faire ce métier vers 15 /16 ans .Ce qui l’a intéressé dans ce métier est le fait de dénoncer les informations cachées au public. Elle voulait « casser l’image romancée du journalisme ».Elle aime raconter l’information au jour le jour, et « creuser » pour en savoir plus.

Elle a fait un IEP sciences politiques suivit d’une école de journalisme. Cependant elle a précisé que les parcours pouvaient être plus ou moins faciles selon l’école choisie. Il existe plusieurs parcours pour faire ce métier.

Ses horaires sont 5h30min-13h30min, il y a un relais entre les responsables numériques. Cependant certaines personnes restent présente toute la journée comme Julien.

Pour sa part, Julien, a eu envie de devenir responsable numérique en écoutant la radio, celui-ci a trouvé cela fascinant. Son objectif est d’intéresser les gens. Afin de devenir responsable numérique, il a fait une fac d’histoire puis une école de journalisme. Il reste présent toute la journée.

Dans leur journée, ils lisent les mails de liaison, prennent le flambeau de la veille, font un point avec l’antenne, réfléchissent à de nouvelles idées de présentation, lisent afin de s’informer.

Ils doivent faire un choix entre les informations importantes et secondaires et choisir des sujets qui parlent à tous le monde selon la ligne éditoriale.

Ils doivent être à l’affût de nouvelles informations afin de donner l’information plus rapidement que leurs concurrents.

Ils multiplient les articles courts et les lectures mobiles, les lectures sur internet .

Lise Dellile,Anne Goult,Jade Butin,Coralie Boudier 2°8

Posté par Littsoc5 à 09:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

VISITE DES LOCAUX DE BFM TV

 Directeur Adjoint de la Rédaction

 

Nous avons rencontré, en début d’après-midi, Franck Moulin, directeur adjoint de la rédaction de BFM TV. Il nous a expliqué comment « sélectionner » une information.

Il nous a confirmé que la manière de choisir une information dépendait des médias et du moment (par exemple, un bulletin météo : « les températures très élevées à Biarritz pour un mois de janvier », ne passera pas sur BFM TV si ce n’était pas exceptionnel, et s’il y avait une nouvelle plus importante en même temps).

Il nous a ensuite précisé que TOUTES les informations choisies par BFM ( que ce soit BFM Paris, BFM TV, BFM Business etc…) sont vérifiées auprès des sources qui les ont fournie. Ils sont sûrs à 100% de ce qu’ils diffusent sur leurs chaînes. Cela pourrait avoir de graves conséquences si la moindre information fausse (« fake ») paraissait. La totalité de la population pourrait avoir un mouvement de panique si c’était une information grave; ou au contraire, les spectateurs pourraient perdre confiance en cette chaîne en apprenant qu’une erreur avait été faite.

 

                                                                        Régie de BFM TV, les images y sont sélectionnées et montées. Chacun a un poste très précis (monter les images, s’occuper du son, diriger les caméras).

         Son métier consiste à diriger les journalistes, il fait partie des personnes qui sélectionnent le « volume » des informations a publier. Par exemple, entre les élections de miss univers ou les températures à Biarritz (pour reprendre l’exemple ci-dessus), l’élection de miss France comme miss univers sera diffusée à  80% dans le temps de diffusion du journal, alors que les températures à Biarritz ne prendront que 20% du journal.

        En clair; il contribue au choix des informations. Celles-ci proviennent de différents canaux, toutes les images diffusées ne proviennent pas seulement des journalistes de BFM TV comme, les témoignages, les photos/vidéos amateurs, du moment que la source est fiable et que l’on peut la contacter. Par exemple, il y a un incendie dans une ville et une personne a pris une photo et l’envoie à BFM. La chaîne appellera les pompiers de cette ville pour vérifier qu’un incendie a bien été déclaré, puis elle contactera l’auteur de la photo. S’il est injoignable et que les pompiers ne confirment pas, l’information est sûrement un canular et ne pourra donc pas être diffusée.

      Monsieur Moulin  nous à ensuite décrit le parcours « type » des journalistes présents dans l’entreprise BFM. La plupart de ces personnes ont effectué des études de journalisme dans les grandes écoles reconnues ( Lille, Lyon…) et ont fait cinq ou six ans d’études. Mais ce parcours n’est pas obligatoire, une personne motivée et qui s’en donne les moyens peut très bien intégrer l’équipe de BFM.

     Le but de la chaîne de BFM est de se démarquer, il faut être le plus réactif et plus rapide, lorsqu’une information tombe. La télévision et le web s’accordent pour que les informations soient diffusées de façon dynamique pour attirer le lecteur.

BFM TV est une chaîne d’information en continue, elle en diffuse 24h/24. Les équipes de présentateurs se relayent selon les heures (par exemple le journal de 9h-12h).

L’équipe de BFM TV, compte aujourd’hui 250 journalistes. Certains sont présents très tôt le matin (4h30) et repartent en début d’après-midi (13h)  et d’autres restent toute la journée jusqu’à très tard le soir (minuit). Toute cette équipe nous a gentiment accueillis dans leurs locaux, cette journée a été très bénéfique et nous a appris beaucoup sur le métier de journaliste. 

  

rencontre avec deux présentateurs de la chaîne, Damien Gourlet et Roselyne Dubois

photo de groupe devant le logo BFM TV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annabelle BEAULIEUX et Nina GONZALEZ, 2nde8 au lycée Louis Davier, JOIGNY

Posté par Littsoc5 à 09:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 mai 2016

Immersion dans les coulisses de BFM TV

Immersion dans les coulisses de BFM TV

 

     Le jeudi 17 mars 2016, nous avons quitté la campagne pour la ville , direction Paris dans le cadre d'un travail en littérature et société sur la semaine de la presse, la destination de notre visite étant les locaux de BFM TV.

 

    A notre arrivée dans cette entreprise employant 400 personnes nous avons été pris en charge par deux femmes chargées de la communication.  Elles nous ont conduit dans une salle de réunion à l'étage de la cellule image où deux personnes y travaillant nous ont rejoint. Elles nous ont présenté leur métier qui consiste à faire de la recherche d'images. A l'intérieur de la cellule image pour un effectif de 6 personnes on distingue différentes actions telles que l'achat et la vente d'images : lorsqu'un événement se produit et que la chaîne n'a pas de journaliste reporter d'images (JRI) sur place elle est contrainte d'acheter des images à d'autres chaînes d'infos. Cette opération marche aussi dans l'autre sens. Il faut savoir que 30 secondes à une minute d'images valent de 500 à 2000 € . La chaîne étant récente se voit dans l'obligation d'acheter toute image prise avant 2008 .

Le stockage : à la cellule image on trie les données en choisissant de les stocker sur le serveur ou non, un des critères de cette sélection est le droit à l'image. Des images de personnes mineures, fumeurs, malades ou encore menottées ainsi que des cadavres sont supprimées. Tandis que les images de personnalités apparaissant rarement et de lieux prestigieux tels que le château de Versailles sont conservées. La chaîne est autorisée à montrer des policiers ou militaires à visage découvert uniquement lorsqu'ils portent l'uniforme pour éviter qu'ils se fassent repérer pour des missions en civil.Toutes les chaînes de télévision travaillent avec l'INA qui détient l'ensemble des images des chaînes .

La partie indexation consiste à classer les images en notant leur date, le lieu, les détails et les éventuelles sources si achat. L'équipe met environ une quinzaine de minutes à trier 1 heure d'images sur laquelle elle sélectionnera seulement 2 minutes pour la diffusion. Dans ce service le personnel prend de l'avance sur des événements importants à venir en recherchant des images pour préparer un dossier par exemple des nécrologies .

 

Nous avons fait la rencontre de Roseline Dubois et Damien Gourlet, présentateurs matinaux (9h-12h) qui nous ont expliqué en quoi consiste le métier de présentateur : leur journée commence à 5h du matin avec l'écriture de leur script avant de prendre l'antenne. Mais celui-ci peut être totalement inutile si un événement majeur se déroule car cette chaîne a la particularité d’être la plus réactive en cas de cataclysme. Les journalistes utilisent différentes structures afin de garder le public en haleine ; le fond c'est -à -dire l'écriture , la forme c'est -à -dire l'alternance entre reportages, duplex et interviews et le fait que la présentation se fasse en duo rend l'animation plus vivante. Leur métier a pour but d'informer, contextualiser, apprendre et approfondir. Il faut savoir que tous les journalistes de cette chaîne fonctionnent en duo et se partagent 20 heures de direct. Ils font en général une école de journalisme comme l'ont fait les 2 présentateurs rencontrés.

 

 DansDSCN9838 les locaux de BFM TV sont présentes deux régis car il y a 2 plateaux. Nous avons fait la visite de la régi 2, la régi de secours .

DSCN9858

La régi est le centre de contrôle du plateau, on y trouve des ingénieurs du son, un chef opérateur qui s'occupe du cadre et des caméras, un réalisateur, un technicien de diffusion qui gère les off et les sonores ainsi qu'un coordinateur de direct.La chaîne dispose d'un plateau principal comportant 7 caméras et d'un second qui sont tous deux modulables, où nous avons pu tester la présentation de la météo ainsi que la lecture du prompteur. Le green est une structure qui permet de suspendre les spots d'éclairage avec l'orientation désirée. A l'extérieur du plateau on distingue 2 voyants, un rouge et un vert qui nous indiquent si les journalistes sont en direct ou non.

 

 

DSCN9844

 

 

 

L'entreprise dispose de deux sortes de véhicules : un sprinter qui a des antennes qui permettent de capter la 4G et qui diffusent jusqu’à 9 signaux HD en même temps et une mini pratique par sa taille.

En bonus nous sommes montés à l'étage de BFM business où nous avons vu la régi et le plateau ainsi qu'à l’étage de la radio RMC.

Alexis Delahousse , le directeur adjoint de la rédaction est venu nous parler de son métier, il encadre l'ensemble des journalistes soit 250 personnes et organise une réunion par semaine (le mercredi) avec un maximum d'entre eux. Il a été formé à l'institut d'études politiques à Lyon.

 

Nos deux hôtesses nous on ensuite raccompagné vers la sortie en nous présentant leur métier, ce sont des chargées de relations presse et partenariat. Elles font parler de BFM TV à la radio ou dans le Figaro, organisent des partenariats avec des magazines ou des médias en parlant d'eux à l'antenne. En contre partie de logo, pubs ou bandes publicitaires ajoutés sur leur couverture mais également avec des salles de cinémas, de concerts ou de théâtres et des événements importants.

 

Cette journée au sein de la première chaîne d'informations de France fut dynamique, variée et marquée par une vive interaction. Cette expérience fut riche en découvertes et nous a permis de dépasser nos préjugés.

 

 

DECROIX Nina, AYADI Lina, BARBIER Léa et ADAM Inès.

 

Posté par Littsoc5 à 15:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les coulisses du métier de présentateur

Le rôle d’un présentateur :

Le rôle d’un présentateur télé est d’être au courant de ce qu’il se passe au cœur de l’information. Les présentateurs se doivent de non seulement connaitre l’actualité, mais aussi l’organisation des studios TV qu’ils occupent. Autant dire qu’ils gèrent absolument tout le déroulement de l’émission qu’ils présentent.

Qualités requises :

Le premier but du métier de présentateur est de communiquer des informations. Les présentateurs doivent aussi être préparés à toutes situations possible, que ce soit un état d’urgence ou bien une periode creuse. Avoir du charisme est une grande qualité dans ce metier car le presentateur doit captiver le public et avoir son attention. Des qualités de médiateur peuvent aussi être bénéfiques dans le metier, surtout en situation de débat. Quel que soit le genre de l’emission, il doit être irreprochable sur sa connaissance des médias et de l’actualité. Il faut beaucoup d’ambition pour accéder à ce metier, qui a des taux de recrutements plutôt faible. Il est aussi essentiel qu’il sache organiser son travail, en cas d’imprevu sur son planning.

Carrière, possibilités d’évolution :

Le domaine du journalisme et des médias est un domaine où tout va vite. Néanmoins, les places sont difficiles à obtenir et chaque place compte. Ce domaine se doit d’innover, de créer de nouveaux programmes et surtout d’attirer le plus de personne possible. C’est dans ces periodes là que les recrutements augmentent et que les jeunes journalistes se précipitent pour avoir l’opportunité de pouvoir exercer leur métier. C’est en fonction des compétences, du sens de la communication mais aussi du charisme, voire de l’humour de la personne. Les présentateurs TV/radio n’ont pas accès à cette securité à l’emploi comme tout autre travail non précaire (mais cette situation est de plus en plus rare). La rémunération d'un présentateur est très variable. Cela dépend de la place qu’il occupe ou encore de la station où il exerce. Malgré tout, les grands animateurs TV ou radio peuvent gagner plus de plusieurs milliers d'euros par mois.

Formation nécessaire :

Il n’existe pas d’études specialisées ou alors de parcours bien tracé pour devenir presentateur TV/radio. On peut donc y accéder par bien des voies. Il faut néanmoins être dans un type d’étude journalistique. Aussi, le Studio Ecole de France propose des formations d'animateur radiophonique en bac + 2 et permet de préparer le certificat européen de journalisme et le diplôme de l'école des Médias en bac + 3. Les études sont indispensables pour y accéder mais les stages, les expériences ou encore les castings en radio ou chaine locale servent à se constituer un carnet d’adresse pour l’avenir.

SALES Justine, MAQUILON Cloé, NATIER Maëva, SAATCI Halime, LAROCHE Stécy

decouper

Posté par Littsoc5 à 14:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Derrière l’écran de BFM TV

           

Nous sommes partis le jeudi 17 mars 2016 au matin pour nous rendre à la gare. Le train est arrivé à 9 h06 sans retard ! Nous sommes arrivés à la gare de Bercy puis nous avons pris le métro.

 Nous avons rejoint le studio à pied. Sur place, Laura et Blanche nous ont accueillis. Ensuite, elles nous ont emmenés à une salle, où deux intervenantes nous ont parlé de la cellule images. Nous avons ainsi appris que la cellule images est composée de six personnes qui sont chargées de garder, trier, et rechercher les images mais aussi de les vendre. Il faut savoir qu'une image peut être vendue entre 500 et 2000 Euros en fonction de son exclusivité. Ils font aussi des sujets de nécrologie, qui consiste à imager la vie d'une personne célèbre récemment décédée. On peut ainsi dire que cette cellule est la mémoire de BFM TV.

Ensuite, nous avons fait la connaissance de deux présentateurs : Roselyne Dubois et Damien Gourlet, ils nous ont expliqué qu'ils fonctionnent toujours en duo mixte. Les présentateurs arrivent à 5H00 du matin pour préparer les introductions, qu'ils écrivent eux-mêmes. Tous les jours, ils choisissent un sujet principal, qui fera la Une de l'actualité.

DSCN9839

Au cours de notre visite, nous avons également appris que la préparation d'un plateau télé pouvait prendre entre 3 et 4 jours et qu'il était mis en place par des spécialistes de l'audiovisuel.

 En tout, BFM TV compte une équipe de 250 personnes, qui occupent des places très variées mais tout bonnement nécessaires et primordiales au bon déroulement de cette chaîne d'information. Cette équipe est tout de même composée en majorité de personnes diplômées d'une école de journalisme.

Enfin, nous avons fait la rencontre du directeur de rédaction, qui occupe un poste à responsabilités, il dirige la ligne éditoriale. Il nous a détaillés sa journée type. Tout d'abord, il débute sa journée par des réunions afin d'évoquer les sujets devant être abordés durant l'émission. Une fois par semaine, il se rend à une réunion importante où il trouve les sujets qui vont faire la une de l’actualité durant la semaine. Ses journées sont diverses et pleines de rebondissements. Après nous avoir parlé de ses journées il nous a expliqué quelles étaient les études à suivre pour exercer sa profession.

 

 

Après le bac, il faut suivre plusieurs années de fac où l’on a le choix entre lettres droit ou histoireDSCN9844 géographie. Ensuite, il faut faire de nombreux stages où l’on peut avoir l’occasion d’écrire son premier article. BFM TV est une chaîne d’informations facilement accessible très diversifiée car elle abrite RMC, RMC découverte, RMC sport ou encore BFM business.

 

 

 

 

Sarah et Lucie

Posté par Littsoc5 à 14:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 mai 2016

Journaliste reporter d'images

 

Le JRI est polyvalent, il doit être à la fois caméraman, rédacteur, reporter et preneur de son. Il peut parfois être accompagné d’un preneur de son ou d‘un journaliste rédacteur.

Il travaille pour des chaînes de télévision, des agences de presse audiovisuelle, des sociétés de production.

Son salaire moyen est de 1450 à 2000€ selon l'entreprise avec laquelle il travaille et les risques qu'il preDSCN9860nd.

Pour se rendre sur le terrain, des véhicules sont mis à disposition: ici, nous avons un vanne équipé de satellites et antennes 4G permettant transmettre les images filmées en direct.

Compétences requises :

Pour captiver son public le JRI doit réaliser des interviews intéressantes : recueillir l'information, vérifier ses sources, analyser le contexte, choisir un angle pertinent pour traiter un sujet sont les bases du métier. Il doit aussi maîtriser les techniques de l’audiovisuel ; la prise de vue, la sélection des images, le montage. Un JRI doit être curieux et doit se renseigner sur l’actualité. Lire la presse lui permet de rester informé afin de trouver un sujet de reportage. Il faut aussi être débrouillard et autonome pour obtenir les images que l’on souhaite.

Formation :

Un JRI suit le cursus classique d’un journaliste. Il existe différents niveaux de formation :

bac + 2

  • DUT Information-communication option journalisme

bac + 3

  • Journalisme audiovisuel

  • Licence pro techniques du son et de l'image

  • Titre de journaliste options presse écrite et internet, audiovisuel, sport

bac + 4

  • Formation du centre de formation de journalistes (CFJ)

bac + 5

  • Diplôme de l'école de journalisme de Toulouse

  • Diplôme de l'Ecole nationale supérieure de la photographie d'Arles

  • Diplôme de l'Ecole nationale supérieure Louis Lumière section cinéma

  • DU Diplôme propre mention journalisme

  • DU Journaliste reporter d'image

  • Master journalisme

  • Master pro information et communication spécialité journalisme

  • Master pro médias, information et communication spécialité journalisme

    Un métier physique et risqué :

     

    Une bonne condition physique est indispensable. Un JRI doit porter tout son équipement de plusieurs kilos ou parfois rester debout toute une journée sous la pluie pour attendre un évènement.

     

    Le métier de JRI peut aussi être dangereux, le JRI risque sa vie en étant sur le terrain à la guerre comme le font les journalistes de guerre ou tout simplement être pris dans une foule.

Témoignage

"Je suis quasiment tout le temps sur le terrain. Pour les entraînements, les conférences de presse, les reportages... Je ne rentre à la rédaction que pour monter mes sujets, si j'ai le temps... Bien souvent, je laisse mes images, et elles sont montées par quelqu'un d'autre. Ce qui me plaît, c'est creuser, aller chercher l'info. C'est un métier où il faut établir des contacts, entretenir ses réseaux. Il faut aussi être là au bon moment, et avoir parfois un peu de chance ! Autre qualité indispensable : être débrouillard ! En tant que journaliste sportif, il y a de plus en plus de contraintes liées à la détention de droits ou aux exclusivités de certaines chaînes pour les matchs. Il faut alors trouver le moyen d'obtenir ce qu'on veut, tout en respectant les règles."

 

 

Nicolas , JRI à Canal + et Infosport

 DECROIX Nina, AYADI Lina, BARBIER Léa et ADAM Inès.

Posté par Littsoc5 à 15:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Les reporters de guerre

La rédaction est souvent partagée entre le devoir d'information et la sécurité du reporter car les reporters de guerre sont journalistes et militaires envoyer dans les zones de conflits ou les risques sont élevés et donc la sécurité est menacée, pourtant les images, informations et vidéos qu'ils livrent sont importantes pour les téléspectateurs c' est donc pour cela qu'ils envoient ces journalistes pour avoir des infos même si c'est cela est dangereux.  Le salaire moyen annuel pour ce genre de reporter est d ' environ entre 1500 et 2300 euros .

 

 

 

Ces reporters sont formés comme les militaires pour se défendre, certains (qui ne sont pas former) se cachent et fuient les combats pour ne pas être blessés ; ils prennent parfois des images via des hélicoptères,  des plans aérien et donc de face sans être obligés de venir sur les lieux . Certains peuvent être sur le terrain mais néanmoins hors d ' atteinte des dangers , et peuvent ainsi filmer les scènes qui se déroulent sous leurs yeux . Les journalistes étant parfois des cibles faciles , leur métier est souvent à risques: prises d ' otages , menaces envers les états ( si il y a désaccords entre deux pays et que l ' un des deux envoie des journalistes sur le pays en guerre : confrontation directe ) , ou envers les familles ( demande de rançons pour libérer les prisonniers ) , ou dans le pire des cas , les otages se font tués et montrés comme trophés , certes floutés , mais en direct . http://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20150702.OBS1974/reporters-la-guerre-sur-tous-les-fronts.html

                                                                                                  reporter de guerre sur le terrain . Source : Téléobs

Théo Champion , Léa Coeur  2nd11

Posté par Littsoc5 à 15:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]